Comment réussir son entretien en cabinets de conseil ?

comment-reussir-son-entretien-en-cabinets-de-conseil

Nous avons discuté avec des recruteurs de grandes sociétés de conseil pour savoir ce qui fait vraiment de la personne interrogée une réussite. Alors que les entretiens de cas relevaient auparavant exclusivement des aspirants consultants, ils apparaissent désormais partout, des entreprises de technologie aux ONG. Alors, peu importe où vous interviewez, utilisez ces conseils pour naviguer.

 

Engagez votre intervieweur

 

Poser des questions est également un excellent moyen de tisser des liens avec votre interlocuteur dès le début. Considérez le cas non comme un test, mais comme une conversation au travers de laquelle vous devez résoudre un problème. Avec cet état d’esprit, demandez à votre interlocuteur plus d’informations lorsque vous en avez besoin, expliquez vos hypothèses au fur et à mesure et discutez-en avec votre approche. Toutes ces choses mèneront à une conversation productive et votre interlocuteur vous trouvera probablement très utile, surtout si vous êtes bloqué.


Parfois, il ou elle peut vous orienter dans une direction différente ou vous suggérer de penser différemment aux choses – et vous devez faire attention à ses indications et conseils subtils. Plus vous apportez votre interlocuteur dans votre réflexion, plus il aimera travailler avec vous, et plus vous lui donnerez l’occasion de vous aider à résoudre le problème qui vous est présenté.

 

Structure

 

Une bonne structure est vraiment la clé pour bien réussir une affaire. C’est plus important que votre réponse et plus important que les connaissances que vous apportez – c’est votre chance de montrer « comment vous pensez ».

L’intervieweur veut savoir que vous pouvez collecter toute une série d’informations et créer une structure logique. Traitez-le et obtenez une bonne réponse.


Alors, quand on vous demande de résoudre le problème, demandez d’abord un moment pour réfléchir et recueillir vos pensées. Ensuite, prenez votre stylo et votre papier et mettez-vous au travail. Votre objectif, dans les 30 prochaines secondes environ, est de définir une structure logique qui vous aidera à résoudre les principaux problèmes de l’affaire.

 

Reconnaître les archétypes de cas

 

Maintenant, voici un secret : il n’y a en réalité qu’une poignée de “types” de cas qui vous seront donnés. Elles incluent l’entrée sur un nouveau marché, le développement d’un nouveau produit, les stratégies de croissance, les stratégies de prix, la création d’une nouvelle entreprise, l’augmentation de la rentabilité (ou l’augmentation des ventes ou la réduction des coûts) et l’acquisition d’une entreprise. Composer avec une entreprise et réagir aux actions d’un concurrent sont également des possibilités, mais on leur demande beaucoup moins fréquemment. 
Alors, planifiez à l’avance et proposez des structures claires à l’esprit pour chaque « type ».


Il n’existe pas de bonne structure et vous devez bien entendu adapter votre structure pour qu’elle soit adaptée au cas d’espèce. Cependant, réfléchir à l’avance sur les structures vous aidera à rester concentré sur les questions clés tout au long de la procédure, même si un jargon inconnu vous est proposé.

De plus, les structures vous fournissent un cadre pour organiser et communiquer vos informations, ainsi qu’un filet de sécurité sur lequel vous pouvez compter si vous êtes bloqué.
Au fur et à mesure de votre pratique, vous devez tester et affiner vos structures. Voyez s’ils vous aident à couvrir les informations importantes et à vous aider à résoudre le problème. Sinon, corrigez-les en conséquence.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *